Séquences 0 + 1-7

Le projet a débuté en mars 2018, quand les archives du GAR ont été remises à la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Fribourg. Lors d'une première étape de digitalisation des anciennes cassettes vidéo, 220 heures d'images de spectacles et de répétitions ont été retrouvées, couvrant les vingt première années de la compagnie. Avec l'appui de la LORO, le GAR a entrepris de rendre accessibles ces documents au grand public, en réalisant des clips de courte durée. Pour ce faire il a fait appel à M. Felix Bachmann Quadros. Devant la quantité de matériel qui n'a cessé d'augmenter au cours du processus, le projet initial a pris une tournure légèrement différente, et ce sont 8 Séquences filmées de 10 à 12 minutes chacune qui racontent maintenant cette histoire.

Séq. 0. 1981-2003 : Prologue

Récapitulation et présentation du matériel d'archives, du vécu personnel, des grands changements dans la compagnie et dans le travail personnel. C'est un éventail des étapes depuis 1981 jusqu'à 2003

Séq. 1. 1981-1989 : les débuts / Belluard / la compagnie est constituée / « L'énorme Crocodile »

C'est une création expansive : les techniques de marionnettes sont nombreuses, la fantaisie visuelle déborde, l'usage des musiques et lumières est partie intégrante du processus, il se forme un esprit de compagnie. Le succès est au rendez-vous : représentations dans toute la Suisse.

Séq. 2. 1989-1995 : « O-U-i »

Cassure. Il faut brûler l'ancien pour faire du neuf. Le nouveau groupe est constitué d'hommes, avec de nouvelles collaborations. Travail du mouvement corporel. Le corps comme marionnette, le masque et l'espace scénique. Voyages internationaux, rencontres, triomphe en Russie, échec en France. Difficultés financières.

Séq. 3. 1993-1996 : « Ailes »

Un coup de poker. Pierre-Alain Rolle repart avec rien, là-bas, en Russie. Symbiose avec Viktor Plotnikov. La poétique inspire l'oeuvre. Légèreté et fragilité, jusque dans la musique. Longue période de création en Russie et en Suisse. Encore une fois toutes les techniques s'invitent sur le plateau. L'oeuvre n'atteint aucun public.

Séq. 4. 1996-2000 : M. Khoussid / « le Chant des Loups » / « Oscar » / « Dans le doux lit de Lune »

Retour au public des enfants, prendre moins de risques pour mieux survivre. La Maison des Artistes est le lieu des rencontres, une nouvelle compagnie se forme, à nouveau autour du duo Marie-Dominique Lambert et Pierre-Alain Rolle. Surprises, difficultés et beautés du travail de compagnie. Reconnaissance chez soi (à Fribourg, en Suisse).

Séq. 5. 2000-2002 : « le Cycle O »

Une force renouvelée et l'expansion de l'univers créatif personnel et conceptuel. Pour la première fois Pierre-Alain Rolle est seul marionnettiste en scène, au centre de sa propre création. La fantaisie visuelle de Marie-Dominique Lambert est à son apogée. Animation d'objets. La vie est pro-créative.

Séq. 6. 2003 : « Racines »

Un regard personnel à travers le génie créatif de Marie-Dominique Lambert. Son attention au travail avec les ombres et à la manipulation/construction d'objets en scène. La relation avec les marionnettes, le point d'origine, un regard vers le passé et aujourd'hui

Séq. 7. 1981-2003 : collaborations immortalisées

Récapitulation avec les musiciens, les scénographes, les dramaturges, les amis et les collaborateurs qui ont fait partie du développement du Guignol à roulettes depuis son début jusqu'en 2003

P { margin-bottom: 0.21cm; }

 

                                   

Stay in touch

  • lien instagram

Design & Développement Front-end: Kameleo - développement Back-end: Denis Bossy
Photos et vidéos: Paola Busca - icones navigation: Julien Mouron